Retour gagnant.

Publié le par Wilwarin

 

RETOUR GAGNANT

 

 

        Le journal des Cintrés.. une œuvre maintenant connue dans ses moindres détails .. à l'instar de la vie passée de ses deux principaux acteurs.

 

        En effet les récits évoqués dans le journal ne font en aucunes parts mention de leur passé révolu. Pourtant celui ci va bientôt refaire surface notamment celui de Wilwarïn. Un personnage du passé va renaître une seconde fois pour prêter main forte aux Cintrés !

 

 




Chapitre 1 : Le fléau de Lordaeron.

 

 



        Il y a maintenant 21 années, Orgrim Doomhammer, le chef de guerre de la Horde, lança sa puissante flotte afin d'envahir les rivages de Lordaeron. La Horde mena l'assaut jusqu'au cœur des terres de Lordaeron et arriva à détruire l'ancien royaume Haut Elfe de Quel'Thalas.

Cette partie de l'histoire malheureusement connue de tous eu de nombreuses répercutions sur les différents avenirs des victimes.

        Parmi celle ci, un des protecteurs de Lordaeron, un guerrier du nom d' Olgar, trouva, comme bien d'autres, la mort en défendant sa patrie. Sa femme, Laureline, réussie à fuir de la catastrophe en se dirigeant droit vers les montagnes de Dun Morogh. Accompagnée par des dizaines d'individus, elle finie par mourir elle aussi, de fatigue dans la neige glacée.

        Dans ses bras, caché et emmitouflé dans un drap polaire, un nouveau né pleurait. Deux mages de Dalaran accompagnant le groupe de fuyards entendirent ses pleurs et le prirent avec eux, jusqu'à destination d'une forêt connue sous le nom d' Elwynn.

        Cet enfant passa alors toute sa jeunesse à comté de l'or. Il avait un désir immense de découverte et étudiait hardiment les cours que lui donnait les écoles de Stormwind. Plusieurs années passèrent jusqu'à ce qu'il découvre des talents cachés issus de son père.. des talents de guerrier. Ayant pris goût à ces nouvelles capacités, il quitta alors ses écoles pour réaliser une carrière militaire comme la majorité des jeunes de son age.

        Parfait petit soldat, cet enfant était doté en plus d'une bonne maitrise historique et culturelle, on lui donna rapidement ses premières missions, tout en lui inculquant ce que l'Alliance voulait lui faire croire. Ses premières missions réussies, il signa alors les retours de quêtes. C'est ainsi qu'on pouvait ainsi y voir le nom de ce jeune guerrier : Ocelot.

 

 

WoWScrnShot_012410_115659.jpg Ocelot



 

 

Chapitre 2 : Un soleil voilé.



 

 

        Bien que bannie d'Azeroth, la Légion Ardente réussit à corrompre les clans des Orcs du monde Draenor. Ces anciens clans chamaniques devinrent une Horde déchaînée obéissant aux ordres du conseil des ombres.

        Ainsi ils brulèrent et réduisirent en cendres la moitié des richesses et des finesses Elfique, les habitants de la région prirent également la fuite sous la protection mineur des hauts gardes du soleil.

Parmi les quelques rescapés, une haute Elfe était restée cloitrée chez elle avec un petit couffin. Celui ci était entouré d'une bulle lumineuse le protégeant alors de toutes attaques. Cette haute Elfe du nom de Myliane défendait sa propriété en faisant appel à la lumière. Prêtresse du puits du soleil, elle pouvait ainsi en tirer quelques énergies.

       Au bout de plusieurs et longues minutes, à bout de souffle, Myliane se laissa tomber au sol sur les genoux. Elle observa le petit couffin avec un sourire de satisfaction. Le bébé y était confortablement installé et avait les yeux d'un vert éclatant. En l'observant, Myliane se rappela alors de l'homme avec qui elle avait pu avoir ce petit elfe. Cet homme était Olgar.

        Effectivement, quelques temps après avoir rendu enceinte Laureline, Olgar l'avait trompé pour des raisons inconnues lorsqu'il connu Myliane lors d'une mission dans les terres de Quel' Thalas.

        Myliane et Laureline ne fut jamais au courant de cette histoire. Se ressaisissant, Myliane vit alors une nouvelle horde d'orcs, au service de la légion, arriver chez elle. Elle prit alors sa pierre de foyer, l'invoqua et la jeta au dernier moment dans le couffin doré. Celui ci fut ainsi téléporter au loin sur l'île de haut soleil, à l'abri, parmi ses amis.

        Poussant un dernier soupir de soulagement, Myliane leva la tête pour subir un dernier coup qui lui serait fatal. Quelques secondes s'écoulèrent, elle se laissa tomber doucement de tout son long sur le sol. Une dernière larme ruisselait sur sa joue.

        Arrivé à destination, le couffin orné de rubis fut accueilli rapidement par quelques hautes Elfes. A son poignet, le bébé portait une amulette ou était gravé en or son prénom.. Wilwarïn.



 

 

Chapitre 3 : Disparaître à tout jamais...

 

 



        Plusieurs années passèrent depuis ces conflits. L'histoire connue d'autres grands bouleversements tels que la guerre contre le fléau.

        Ocelot et Wilwarïn grandirent séparément et ne furent jamais au courant qu'ils étaient frères. Wilwarïn remplit ses missions auprès des nouveaux Elfes, appelés Elfes de sang. Ayant hérité des caractéristiques de son père et de sa mère, il devint alors logiquement un paladin au service du sacré.        
        Il forma, avec son meilleur ami Thorbjorn rencontré lors d'un conflit avec la Légion ardente, le « journal des Cintrés » relatant toutes leurs aventures et découvertes toutes plus folles les unes que les autres.

        De son coté Ocelot, devint un guerrier fidèle à Stormwind, parcourant le monde auprès de compagnons qu'il avait rencontré. Il forma, avec leur aide, une légion au service de la gloire de l'Alliance. Tout allait pour le mieux malgré qu'ils furent séparé, jusqu'au jour ou tout bascula pour Ocelot.



        Effectivement, bien qu'Ocelot était un guerrier assidu, cela ne lui empêchait pas de se cultiver.. Se donnant rendez vous tous les week end dans les différentes bibliothèques des capitales de l'Alliance, cela lui permit de comprendre de nombreuses choses, notamment la corruption des orcs apparu lors de sa naissance.

       C'est alors qu'il décida de stopper ses activités auprès de l'Alliance. Après avoir défendu leur cause et ainsi repousser puis exécuter de nombreux Hordeux sous les ordres des dirigeants de Stormwind, un doute s'immisça.

        Il se mit alors à voyager activement notamment du coté de Kalimdor ou il put apprendre les différentes cultures s'y trouvant ainsi que rencontré pacifiquement de nombreux Hordeux qui lui narrèrent leurs histoires anciennes. Petit à petit, le doute que ressentait Ocelot s'intensifia, et le guerrier jadis au service de l'Alliance devint indépendant.



        Les temps passèrent doucement, coupé du monde d'Azeroth, jusqu'à l'année dernière, en l'an 26 donc, qu'il apprit toute l'histoire de la Horde. C'est à ce moment qu'Ocelot chuta.

        Effectivement, après avoir servit l'Alliance de nombreuses années, il comprit qu'on lui avait menti, qu'on avait profité des blessures de son passé pour mettre toutes les causes sur la nouvelle Horde. Une nouvelle Horde qui n'avait rien à voir avec celle qui avait causé tant de mort, notamment celle de ses parents.

        Ceci avait donc été utilisé comme motif pour les hauts gradés de l'Alliance, pour faire en sorte qu'Ocelot soit un parfait soldat, agissant uniquement au nom de l'Alliance.

En repensant à tout cela, Ocelot se rendit compte qu'il avait été manipulé, le choc de cette révélation le fit plonger dans une sévère démence.. Avoir tué tant de membres de cette nouvelle Horde alors qu'ils étaient tous innocents.. aucun d'eux n'avaient de rapport avec la mort de ses parents.



        Se mettant alors à marcher nul part, Ocelot revoyait tout ces morts innocents tomber à ses pieds, ses dirigeants au rictus moqueur pointer sur la naïveté de ce jeune guerrier.. Rentrant dans une sombre mélancolie presque dépressive, il ne savait que faire. Il était la cause d'un massacre écœurant et avait coupé tout contact.



        Le temps passa incroyablement doucement, seul et rongé par les remords, Ocelot ne voyait plus qu'une issue possible pour réparer ses erreurs : Disparaître.



 

 

Chapitre 4 : … Pour revivre ensemble.

 




 

        S'étant dirigé vers Teldrassil, Ocelot avait ainsi décider de disparaître, de mourir physiquement et laisser son âme voguer au grès des énergies inconnues du rêve émeraude. Pour arriver à cela, il fut aider par deux elfes de la nuit, rencontré au préalable. Ainsi il mourut « physiquement » à Aldrassil en l'an 26.

 

      Un an s'écoula jusqu'à aujourd'hui. Sans vraiment sans rendre compte, Ocelot avait parcouru le rêve émeraude. A l'intérieur de celui ci, il était attiré par une étrange force. Il ne savait pas ce que c'était. Il fut fixer au bout d'un moment. Un jeune Elfe de sang aux longues oreilles combattait devant ses yeux mais il ne pouvait distinguer que des bribes d'images et de sons. L'ambiance « éthéré » du rêve semblait néanmoins s'éclaircir à son approche.

       Il ne pouvait en être sur, mais il se sentait très proche de lui. Il le suivi pendant toute son année de « coma » et fini par comprendre qui il était en découvrant les différentes parcelles de l'histoire issues des multiples niveaux ou couches du rêve émeraude.

        Bouleverser par cette découverte, Ocelot commença à s'éveiller doucement. Il avait un frère ! Il fallait faire quelque chose, c'était la dernière chose à laquelle il pouvait encore se rattacher.

Il avait vu toute l'histoire de ses parents et avait découvert son lien de parenté avec cet Elfe de la Horde. Ses idées fixes le fit, avec une force étonnante, ressortir du rêve émeraude.



        En sueur, il ouvrit les yeux et contempla la forêt de Teldrassil. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait vu tel spectacle. Il savourait à nouveau les gestes simples de la vie de tous les jours tels que marcher, contempler.. Il savait qu'il avait eu de la chance de pouvoir ressortir du rêve indemne. Généralement, une fois trop plongé dans celui ci, on si perd..

        Le monde qu'avait connu Ocelot, n'était aujourd'hui plus le même. Il parcouru plusieurs villes et capitales à la recherche de compagnons auprès desquels ils s'étaient battus.. sans résultats. En une année depuis le réveil du roi liche en Norfendre, tant de choses avaient déjà changé, Ocelot ne reconnaissait plus le monde où il avait grandi. Peu importe ce dit il, il fallait qu'il retrouve son frère. Il savait que c'était un Hordeux, ses anciens remords ressurgissent alors.
        Il fini ainsi par trouver la solution : Se faire pardonner de la nouvelle Horde en tant que membre de l'Alliance, à quoi bon ? La horde n'était plus la même, ni l'Alliance d'ailleurs. Retrouver son frère en étant membre de l'Alliance ? Cela ne ferait qu'augmenter les hostilités, et s'il ne pouvait se comprendre de part la barrière de la langue, les chances de retrouvailles s'amenuisaient..



        Il se dit alors qu'en seule chose était envisageable, pour retrouver son frère définitivement et se venger de l'Alliance, alors il devait faire appel à la sorcellerie Troll pour changer de race.

 



 

Chapitre 5 : Rituel troll pour nouvelle vie.

 



 

        Changer de race ne fut pas chose facile. S'étant renseigner au préalable au près de quelques trolls à l'esprit plus ou moins sombre, il lui fallait un objet particulier : L'orbe de tromperie. Associé à quelques sorcelleries Amanique, le changement de race pouvait marcher. Néanmoins, la nature de la race, une fois transformée, restait plus ou moins aléatoire. Ce résultat dépendait essentiellement de l'essence même de l'être original.

        Ayant encore quelques pièces d'or dans sa besace, Ocelot trouva une orbe de tromperie à l'Hôtel des ventes de Stormwind. C'était un petit globe violet tenant dans une main. Au cœur de ce globe, des énergies étranges, indéfinissables, y circulaient rapidement. Avant de la confier aux trolls, Ocelot regarda une dernière fois Stormwind. Celle ci allait devenir un souvenir, si un jour il devait y retourner, ce ne serait plus en tant que foyer.. mais en tant que champ de bataille.

        Avec tout de même une pointe d'amertume dans la bouche, Ocelot se rendit chez les Trolls sombrelune et leur confia l'orbe si convoitée. Tout excités, les Trolls mirent un bandeau autour des yeux d'Ocelot et l'emmenèrent dans un lieu tenu secret où se déroulerait la séance. Allongé sur le sol, Ocelot ne pensait plus à rien, il faisait le vide et se préparait à subir le plus grand virage qu'il est fait de toute sa vie.
        Les Trolls s'affairaient à leur tache, préparaient divers sorts, plusieurs mélanges d'herbes et conditionnaient l'orbe de tromperie à leur désirs. Une fois les préparatifs clos, ils posèrent l'orbe sur le torse d'Ocelot et se mirent alors à psalmodier tous ensemble..



        Un vent violent se mis à rugir tout d'un coup. La luminosité variait subitement telle une bougie près à s'éteindre.

 

 

Salle.jpg

 Salle de la cérémonie.

 

 

       L'orbe de tromperie se mit à luire profondément puis intensément.. Émettant un son strident, l'orbe s'éleva dans les airs, les conditions météorologiques et magiques furent arrivées à leur paroxysme, les trolls restaient incroyablement calmes, ils savaient ce qu'ils faisaient. Finalement au bout de plusieurs minutes d'invocation, l'orbe explosa littéralement en milles morceaux. Au même moment, Ocelot cria de démence.

        Son corps entier brulait, il avait l'impression que chacune des parties de celui ci se déchirait une à une, que ses os se déboitaient les uns des autres. Plusieurs images lui revinrent en tête, celle de son frère, de ses parents, et de ses terribles batailles en champs de guerre.

Sous les yeux attentifs des Trolls, le corps d'Ocelot était en train de se modifier, celui ci se tordait et se reformait dans un bruit sourd d'os craquelés. Prenant peur subitement, Ocelot pris conscience que, aussi incroyable que cela puisse paraître, cette transformation ne le faisait nullement souffrir.
        Au contraire, il aurait dit qu'une nouvelle peau se formait, une peau plus puissance, plus robuste, sa mâchoire s'agrandit considérablement et se constitua de deux petits crocs. Libérant subitement sa rage dans un cri de tonnerre, il cogna du point sur le sol.


        Le silence retomba subitement.


        Les Trolls fiers de leur réussite s'en allèrent rapidement, de peur de se faire étriper sauvagement par la nouvelle créature apparue devant leur yeux. Ocelot se mit alors debout, et observa ce nouveau corps. Il se sentait à l'aise, dans un corps qui reflétait bien son savoir faire, comme s'il venait de retrouver une raison de vivre.


       Ocelot était devenu un orc.

 

 



Chapitre 6 : Rencontre du « troisième type ».

 

 



        Le soleil de Durotar cramait une fois de plus le si peu d'herbe que comptait le territoire. Au loin, un orc marchait seul en direction d'Orgrimmar. La poussière provenant du choc entre ses pieds et le sol, lui irritait sensiblement les yeux. Des gouttes de transpiration perlaient sur son large front pour retomber le long de son nez.

       Ocelot avait quitté Azeroth. Il pouvais voir maintenant à l'horizon son nouveau foyer qui fut jadis une de ses cibles. Enfin arrivé sur place, les tambours de guerres résonnaient, la très dense population parcourait les rues d'Orgrimmar. Les rires mêlés aux divers cris d'Orc résonnèrent dans les oreilles d'Ocelot. Cette fois aucun membre de la Horde ne semblait vouloir l'abattre. Étant dérouté un cour instant, il tata les deux petites cornes de sa mâchoire, affichant en même temps un petit rictus de satisfaction.

       En observant la population, il se demanda comment diable pourrait-il retrouver son demi frère. C'est alors qu'il vit un petit garçon, assis à même le sol sur un petit coussin en paille, qui semblait lire une sorte de revue. En regardant de plus près, il put déchiffrer son titre : « Le journal des Cintrés ». Ocelot se surprit lui même à lire de l'Orc, sa transformation s'était même révélée efficace pour la langue. Sur la couverture il put rapidement décrypter l'image d'un Elfe de sang aux cotés d'un Orc.

 

        Cet Elfe lui était familier.

        S' approchant de l'enfant, Ocelot lui demanda :

- Bonjour jeune homme..

        Interloqué, le petit orc releva la tête d'un coup sec.

- Euh.. salut l'vieux ! C'est la première fois qu'on m'adresse la parole comme ca ! Tu sors d'où toi ?!
- Hum, ce serait trop long à expliquer .. dis moi, il à l'air drôlement bien ton journal..
- Un peu mon gars qu'il est bien ! Groumph ! Tu connais pas Wilwarïn et Thorbjorn ?
- Wilwarïn.. songea Ocelot, Peux tu me prêter ton journal un instant s'il te plait ?
- Mouais.. Fais en gaffe quand même hein ! Et puis la prochaine fois, t'en achète un ! Le jeune Orc lui tendit le journal.



       Regardant cela de plus près, Ocelot reconnu Wilwarïn du premier coup, ses yeux d'un vert éclatant le lui fit rappeler. Ocelot demanda :



- Merci, saurais tu ou je pourrais les trouver ?
- Euuh, ils ont chacun un magasin dans la rue du commerce. Un magasin de joaillerie pour Thorbjorn et d'alchimie pour Wilwarïn.. C'trop bon c'qu'ils vendent dedans !
- Hum.. merci bien pour l'information. Ocelot lui rend le journal. Au revoir jeune Orc !
- C'est ça ! Adieu ! Encore un taré, songea le petit Orc.



       Ocelot parcouru ainsi la rue du commerce et vit alors l'emblème des deux magasins qui se tenait côte à côte : «  Chez Thorbjorn, à la perle rare », « Chez Wilwarïn, à la pinte étrange ». Avec un sourire démesuré, Ocelot rentra dans le magasin de Wilwarïn. Le vendeur n'était pas la.
       Ocelot entendit pourtant du bruit dans l'arrière boutique, il attendit alors en observant divers potions.

Subitement Wilwarïn sorti avec une caisse de potion et vit Ocelot droit comme un pic devant lui.


       Wilwarïn ressentit alors violemment un flux étrange d'énergie, des souvenirs anciens et inconnus lui vinrent à l'esprit, cette personne n'était pas comme les autres, il sentait le lien de parenté. Ocelot le remarqua et déclara :


- Bonjour petit frère ..


        Wilwarïn en laissa tomber sa caisse de potions sur le sol.

 



 

Chapitre 7 : Frère d'arme et frère de sang.

 



 

       Ocelot et Wilwarïn passèrent la journée ensemble sur une terrasse en hauteur à Orgrimmar. Son demi frère lui raconta alors tout ce qu'il savait, leur passé commun, ses aventures, sa récente métamorphose. Wilwarïn n'en croyait pas ses longues oreilles. Une foule de questions le démangeait !
        Il en posa de nombreuses mais savait qu'il avait toute la vie dorénavant pour les lui poser.

Soudain Thorbjorn arriva sur la terrasse avec son pagne d'été.



- Rhaaaaa ! Qu'est ce que ca fait du bien d'aller s'griller une merguez sur la terrasse ! Son Barbecue artisanal à la main, il vit alors Ocelot.
- Mais qui est cet Orc ?! Wilwarïn ! J'le défonce ou quoi ! Il.. il est sur mon transat : Ouh non de Doomhammer !
- Non non ! Le stoppa Wilwarïn en rigolant, tu devinera jamais qui c'est !
- Ah ben ca, quand j'l'aurais réduit en purée, c'est sur qu'on devinera jamais qui ca été ! Thorbjorn balança son barbecue en direction d'Ocelot qu'il évita de justesse.
- Héhé non ! Mon gros, je te présente mon demi – frère Ocelot !
- Euh.. hein.., Thorbjorn se calma instantanément, étrange .. Euh.. désolé pour le barbecue hein..
- Ce n'est pas grave, j'avais anciennement l'habitude de me prendre de gros gadins dans la tête de la part de la Horde à l'époque, dit il en rigolant.


       A cette réflexion, Thorbjorn ne put s'empêcher de rire, «  C'est un bon lui, c'est un bon » songea t-il.


        Il passèrent finalement le repas puis l'après midi à parler tous ensemble, se racontant alors toutes leurs aventures plus folles les unes que les autres. Entre éclats de rires et larmes, le soir tomba finalement et chacun d'entres eux décidèrent d'aller se coucher. Les cintrés conseillèrent à Ocelot un lieu ou dormir et manger en attendant un meilleur foyer. Se saluant, Ocelot parti alors dans l'ombre des grandes demeures cossues d'Orgrimmar.



- Tu m'avais pas dit que t'avait un demi frère ! Demanda Thorbjorn.
- A vrai dire, je l'ai su ce matin ! Ça ma couté une caisse de potions d'ailleurs !
- Bwahah. Bon en tout cas il partage le même savoir de combat que moi, bien qu'il ne soit pas aussi musclé
- Vantard va ! Thorjorn et Wilwarïn se regardèrent alors en souriant et se dirigèrent vers leur foyer respectif.

 

 


   

        Alors qu'Ocelot parcourait dans la nuit les rues de la puissante Orgrimmar, la lune transperca les nuages. Ocelot se mit à la fixer.

 

        Il se remémora ses anciens camarades, et tout ce qu'il l'avait construit puis démoli. Il serra alors ses poignets si fort qu'il en fit blanchir ses articulations.

Maintenant qu'il était Orc, ce sont de nouveaux objectifs, de nouveaux rêves et une nouvelle vie qu'il l'attendait.

 

        Une vie glorieuse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article